Que dire (et éviter de dire) à une amie malade du cancer ?

Minute Papillon!

0:00
10:36
10
10

Que dire (et éviter de dire) à une amie malade du cancer ?

Minute Papillon!

Que dire, ou éviter de dire à un, une amie, à qui l’on a diagnostiqué un cancer ? Comment l’accompagner dans la maladie, les thérapies, les moments difficiles comme les périodes de joie? Parce que si les paroles peuvent réconforter, soutenir un malade, ces mots peuvent aussi tomber à plat, être à côté de la plaque, exaspérer, voire blesser involontairement.  

On va donc échanger à propos de l’accompagnement de la personne malade (avec, on l’espère, des mots justes) avec Charlotte Pascal, autrice de Ma meilleure amie a un cancer du sein aux éditions Flammarion. Alors que le cancer du sein touche une femme sur huit en 2020, cette survivante du cancer propose ce «petit guide pratique pour celles et ceux qui accompagnent leur amie dans le combat contre la maladie ».

Dans cet épisode, Charlotte Pascal revient tout d'abord sur le moment délicat de l’annonce de la maladie. Et conseille aux amis et aux proches: « Essayez de garder vos esprits et de réfléchir avant de parler. L’exercice est périlleux, surtout associé à des émotions fortes. » Elle propose d’éviter les comparaisons entre les différents cancers, les différentes personnes, en bannissant par exemple : « Ça va, c’est un petit cancer ! Tu sais Michel, il a un cancer, et c’est beaucoup plus grave, lui »... Charlotte Pascal explique ainsi: «Même si c’est un cancer qui se soigne, [la rémission] n’est pas à 100 %. Il y a encore des gens qui meurent [du cancer du sein]. Et on ne sait pas si cela va être nous, ou pas. Donc, on n’a pas envie que notre cancer soit minimisé par les gens qui sont censés vous soutenir », ajoute Charlotte Pascal dans cet entretien. «Les gens se mettent toujours à la place [du, de la malade] en faisant des comparaisons. Évitez !», conseille-t-elle encore.

Pendant les thérapies, Charlotte Pascal explique aussi pourquoi des phrases en apparence anodines, telles que: « Repose toi, n’en fait pas trop, ménage toi un peu » peuvent agacer une personne malade. « Elle connaît très bien ses limites, vraiment très bien, voire trop bien. Du coup, si elle veut et si elle fait la fête, laisser la faire », souligne-t-elle.

Tout l’entretien à écouter sur votre plateforme préférée, et ci-dessus.

Anne-Laetitia Béraud

Crédit son: Bisquit Soul de Nordgroove Fugue Icons8.com

Illustration: Canva / 20 Minutes

S'abonner gratuitement à Minute Papillon! https://aca.st/fbae0f

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

A 30 ans, la vie après l'AVC

Minute Papillon!

Procès du 13-Novembre : Comment raconter la parole des victimes ?

Minute Papillon!

Quelles séries de super-héros à découvrir cette année ?

Minute Papillon!

The podcast Minute Papillon! has been added to your home screen.

Que dire, ou éviter de dire à un, une amie, à qui l’on a diagnostiqué un cancer ? Comment l’accompagner dans la maladie, les thérapies, les moments difficiles comme les périodes de joie? Parce que si les paroles peuvent réconforter, soutenir un malade, ces mots peuvent aussi tomber à plat, être à côté de la plaque, exaspérer, voire blesser involontairement.  

On va donc échanger à propos de l’accompagnement de la personne malade (avec, on l’espère, des mots justes) avec Charlotte Pascal, autrice de Ma meilleure amie a un cancer du sein aux éditions Flammarion. Alors que le cancer du sein touche une femme sur huit en 2020, cette survivante du cancer propose ce «petit guide pratique pour celles et ceux qui accompagnent leur amie dans le combat contre la maladie ».

Dans cet épisode, Charlotte Pascal revient tout d'abord sur le moment délicat de l’annonce de la maladie. Et conseille aux amis et aux proches: « Essayez de garder vos esprits et de réfléchir avant de parler. L’exercice est périlleux, surtout associé à des émotions fortes. » Elle propose d’éviter les comparaisons entre les différents cancers, les différentes personnes, en bannissant par exemple : « Ça va, c’est un petit cancer ! Tu sais Michel, il a un cancer, et c’est beaucoup plus grave, lui »... Charlotte Pascal explique ainsi: «Même si c’est un cancer qui se soigne, [la rémission] n’est pas à 100 %. Il y a encore des gens qui meurent [du cancer du sein]. Et on ne sait pas si cela va être nous, ou pas. Donc, on n’a pas envie que notre cancer soit minimisé par les gens qui sont censés vous soutenir », ajoute Charlotte Pascal dans cet entretien. «Les gens se mettent toujours à la place [du, de la malade] en faisant des comparaisons. Évitez !», conseille-t-elle encore.

Pendant les thérapies, Charlotte Pascal explique aussi pourquoi des phrases en apparence anodines, telles que: « Repose toi, n’en fait pas trop, ménage toi un peu » peuvent agacer une personne malade. « Elle connaît très bien ses limites, vraiment très bien, voire trop bien. Du coup, si elle veut et si elle fait la fête, laisser la faire », souligne-t-elle.

Tout l’entretien à écouter sur votre plateforme préférée, et ci-dessus.

Anne-Laetitia Béraud

Crédit son: Bisquit Soul de Nordgroove Fugue Icons8.com

Illustration: Canva / 20 Minutes

S'abonner gratuitement à Minute Papillon! https://aca.st/fbae0f

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Minute Papillon!

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install