Coronavirus: L'activité partielle de longue durée, l'arme invincible contre les licenciements?

Minute Papillon!

0:00
00:12:07
10
10

Coronavirus: L'activité partielle de longue durée, l'arme invincible contre les licenciements?

Minute Papillon!

La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 se doublant d’une crise économique, le gouvernement craint une vague massive de licenciements. Il incite donc les entreprises à se servir d’un dispositif « anti-licenciements » appelé « activité partielle de longue durée » (APLD).

Dans cet épisode de Minute Papillon !, notre podcast d’actualité, Nicolas Raffin, journaliste au service Economie de 20 Minutes, détaille ce dispositif, ses particularités et ses contraintes, ainsi que les raisons qui poussent les syndicats à la méfiance.

Fonctionnement de l’activité partielle de longue durée

Avec l’APLD, les entreprises sont incitées à garder leurs salariés et leurs compétences en attendant la reprise économique, l’État prenant en charge une partie de la rémunération.

Ce dispositif permet à l’entreprise de réduire le temps de travail de ses salariés pendant deux ans maximum, dans la limite de 40 % de l’horaire légal. L’APLD est soumise à conditions : l’entreprise doit justifier d’une « réduction d’activité durable » liée à la pandémie. Elle doit s’accorder avec les organisations syndicales sur ce dispositif. Et elle ne peut licencier ses salariés concernés par l’APLD.

Pourquoi ce dispositif inspire-t-il la méfiance des syndicats ?

Prenons l’exemple d’un salarié aux 35 heures par semaine, mis au chômage par son entreprise pendant 14h, soit deux jours par semaine. Il peut toucher sur les heures chômées 84 % de son salaire net, calculé à partir d’une rémunération maximale de 4,5 Smic. Cela signifie que ce salarié qui aurait 40 % de chômage partiel sur un mois toucherait 93 % de son salaire net habituel, selon les calculs de notre journaliste.

Mais plusieurs syndicats estiment que les contreparties demandées par l’Etat sont trop légères. Pour écouter la suite des explications de notre journaliste, c’est simple comme un clic dans le lecteur audio de ce podcast!

« Minute Papillon ! » est un podcast original de 20 Minutes. Si vous l’appréciez, vous pouvez vous abonner gratuitement et nous évaluer sur votre application mobile de podcast préférée, comme Apple Podcast, Google podcast, Spotify, Deezer, Podcast Addict…

Pour nous contacter : audio@20minutes.fr

Anne-Laetitia Béraud

Crédit son: Bisquit Soul de Nordgroove Fugue Icons8.com 

 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

Vous nous racontez votre «Game of Thrones»

Minute Papillon!

Perdre, jeune, ses cheveux, avec l'auteur Julien Dufresne-Lamy

Minute Papillon!

Comment « 20 Minutes » a couvert Notre-Dame-des-Landes, terre de luttes

Minute Papillon!

The podcast Minute Papillon! has been added to your home screen.

La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 se doublant d’une crise économique, le gouvernement craint une vague massive de licenciements. Il incite donc les entreprises à se servir d’un dispositif « anti-licenciements » appelé « activité partielle de longue durée » (APLD).

Dans cet épisode de Minute Papillon !, notre podcast d’actualité, Nicolas Raffin, journaliste au service Economie de 20 Minutes, détaille ce dispositif, ses particularités et ses contraintes, ainsi que les raisons qui poussent les syndicats à la méfiance.

Fonctionnement de l’activité partielle de longue durée

Avec l’APLD, les entreprises sont incitées à garder leurs salariés et leurs compétences en attendant la reprise économique, l’État prenant en charge une partie de la rémunération.

Ce dispositif permet à l’entreprise de réduire le temps de travail de ses salariés pendant deux ans maximum, dans la limite de 40 % de l’horaire légal. L’APLD est soumise à conditions : l’entreprise doit justifier d’une « réduction d’activité durable » liée à la pandémie. Elle doit s’accorder avec les organisations syndicales sur ce dispositif. Et elle ne peut licencier ses salariés concernés par l’APLD.

Pourquoi ce dispositif inspire-t-il la méfiance des syndicats ?

Prenons l’exemple d’un salarié aux 35 heures par semaine, mis au chômage par son entreprise pendant 14h, soit deux jours par semaine. Il peut toucher sur les heures chômées 84 % de son salaire net, calculé à partir d’une rémunération maximale de 4,5 Smic. Cela signifie que ce salarié qui aurait 40 % de chômage partiel sur un mois toucherait 93 % de son salaire net habituel, selon les calculs de notre journaliste.

Mais plusieurs syndicats estiment que les contreparties demandées par l’Etat sont trop légères. Pour écouter la suite des explications de notre journaliste, c’est simple comme un clic dans le lecteur audio de ce podcast!

« Minute Papillon ! » est un podcast original de 20 Minutes. Si vous l’appréciez, vous pouvez vous abonner gratuitement et nous évaluer sur votre application mobile de podcast préférée, comme Apple Podcast, Google podcast, Spotify, Deezer, Podcast Addict…

Pour nous contacter : audio@20minutes.fr

Anne-Laetitia Béraud

Crédit son: Bisquit Soul de Nordgroove Fugue Icons8.com 

 

See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

Subscribe Install Share
Minute Papillon!

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install