Les Françaises, les plus insatisfaites sexuellement en Europe ?

Tout Sexplique

Explicit content

0:00
8:47
10
10

Les Françaises, les plus insatisfaites sexuellement en Europe ?

Tout Sexplique

Explicit content

Dans ce nouvel épisode de « Tout Sexplique », on évoque l’état de la sexualité des Européennes dans un contexte pandémique nocif pour leur bien-être mental en général, et leur activité sexuelle en particulier. L’enquête Observatoire européen de la sexualité féminine, réalisée en mars 2021 et publiée ce jour par l’Ifop pour la société Poken Company, s’intéresse au bien-être sentimental et à la satisfaction sexuelle des Européennes. Réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 5.025 femmes vivant dans les cinq plus grands pays européens (Espagne, Italie, France, Allemagne, Royaume-Uni), cette enquête révèle que c’est dans l’hexagone que l’on compte le plus de femmes insatisfaites de leur vie sexuelle : 35 %, plus que dans des pays du nord comme l’Allemagne (23 %) ou le Royaume-Uni (27 %). L’insatisfaction des Françaises se rapproche plutôt du niveau observé dans des pays méditerranéens comme l’Italie (30 %) et l’Espagne (28 %).

Cette étude, réalisée dans un contexte sanitaire particulier (mars 2021) montre aussi une montée de l’inactivité sexuelle des Européennes : 37 % n’avaient pas eu de rapports sexuels en un mois (contre 32 % en 2016). Et c'est en France (41 %, +10) et au Royaume-Uni (47 %, +4) que l’on comptait le plus de femmes sexuellement inactives.

Dans cet épisode, François Kraus, directeur de l’expertise « Genre, sexualités et santé sexuelle » à l’Ifop, revient sur cette enquête, et des facteurs pouvant expliquer ces chiffres. Il détaille des raisons conjoncturelles (crise sanitaire, confinements), structurelles (santé psychologique et état de crises, travail et stress, temps devant les écrans…) ou encore des éléments culturels (injonction à la performance, aux normes esthétiques, pratiques sexuelles aliénantes) qui s’avèrent défavorables à l’épanouissement personnel des Françaises.

Un épisode d'Anne-Laetitia Béraud

Crédit son: « The Vendetta » Stefan Kartenberg 2018 - Creative Commons – Ccmixter.org

Illustration: Canva / 20 Minutes

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Episodes
Date
Duration
Recommended episodes :

« Mon vagin, mon gynéco et moi », avec Rachel Lev, illustratrice

Tout Sexplique

La vulve et les injonctions esthétiques, Julia Maruani, gynécologue médicale

Tout Sexplique

Comment améliorer sa communication intime ? Margot Fried-Filliozat, sexothérapeute

Tout Sexplique

The podcast Tout Sexplique has been added to your home screen.

Dans ce nouvel épisode de « Tout Sexplique », on évoque l’état de la sexualité des Européennes dans un contexte pandémique nocif pour leur bien-être mental en général, et leur activité sexuelle en particulier. L’enquête Observatoire européen de la sexualité féminine, réalisée en mars 2021 et publiée ce jour par l’Ifop pour la société Poken Company, s’intéresse au bien-être sentimental et à la satisfaction sexuelle des Européennes. Réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 5.025 femmes vivant dans les cinq plus grands pays européens (Espagne, Italie, France, Allemagne, Royaume-Uni), cette enquête révèle que c’est dans l’hexagone que l’on compte le plus de femmes insatisfaites de leur vie sexuelle : 35 %, plus que dans des pays du nord comme l’Allemagne (23 %) ou le Royaume-Uni (27 %). L’insatisfaction des Françaises se rapproche plutôt du niveau observé dans des pays méditerranéens comme l’Italie (30 %) et l’Espagne (28 %).

Cette étude, réalisée dans un contexte sanitaire particulier (mars 2021) montre aussi une montée de l’inactivité sexuelle des Européennes : 37 % n’avaient pas eu de rapports sexuels en un mois (contre 32 % en 2016). Et c'est en France (41 %, +10) et au Royaume-Uni (47 %, +4) que l’on comptait le plus de femmes sexuellement inactives.

Dans cet épisode, François Kraus, directeur de l’expertise « Genre, sexualités et santé sexuelle » à l’Ifop, revient sur cette enquête, et des facteurs pouvant expliquer ces chiffres. Il détaille des raisons conjoncturelles (crise sanitaire, confinements), structurelles (santé psychologique et état de crises, travail et stress, temps devant les écrans…) ou encore des éléments culturels (injonction à la performance, aux normes esthétiques, pratiques sexuelles aliénantes) qui s’avèrent défavorables à l’épanouissement personnel des Françaises.

Un épisode d'Anne-Laetitia Béraud

Crédit son: « The Vendetta » Stefan Kartenberg 2018 - Creative Commons – Ccmixter.org

Illustration: Canva / 20 Minutes

Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

Subscribe Install Share
Tout Sexplique

Thank you for your subscription

For a better experience, also consider installing the application.

Install